Lettre ouverte au Président de Pologne

Monsieur le Président Andrzej Duda
ul. Krakowskie Przedmieście
02-902 VARSOVIE
Paris, le 12 Février 2020

Il s’agit d’une intervention urgente pour sauver pour la Pologne et la Polonia française
la maison de l’Association des vétérans polonais et de leurs familles du nom du général Anders à Paris.

Monsieur le Président,

Nous, représentants de la communauté polonaise de France regroupés autour de la Maison des combattants du nom de Général Władysław Anders, soucieux du patrimoine national, nous demandons aux autorités polonaises une aide efficace afin de sauvegarder ce centre pour l’activité de la communauté polonaise à Paris.

En 1948, la Maison de l’Association des anciens combattants polonais et de leurs familles a été achetée, à l’initiative du général Władysław Anders, grâce à des fonds provenant des contributions des soldats de l’armée polonaise et transférée par le gouvernement en exil au service des anciens combattants et des réfugiés politiques. Il était redouté de la lutte contre le communisme.

Cette maison historique de cinq étages, dont la valeur marchande est estimée à environ 30 millions d’euros, située dans l’un des plus beaux quartiers de Paris, a été et est le siège de nombreuses associations et écoles communautaires polonaises ainsi que de la paroisse Milosierdzia Bozego. Seul centre centralisant la diaspora polonaise, il rassemble Polonais et Français d’origine polonaise issus de différentes vagues d’émigration et d’environnements sociaux.

C’est ici que se déroulent les classes des écoles polonaises, dont la première a été créée en 1948. Se tiennent également régulièrement des cours d’histoire et des conférences, des cours de français pour les polonais, des célébrations de fêtes et anniversaires nationaux, des concerts, des représentations de poésie, des projections de films et des soirées dansantes, des séances de conseils juridiques et des cours de catéchèse. Cette dans cette maison qu’ont été reçus par la Polonia de nombreuses personnes du monde de la politique, de la culture et des médias polonais.

Malheureusement, malgré de nombreux efforts, il y a une menace sérieuse et imminente de perdre notre maison pour toujours. En effet,  les administrateurs de la maison SPK de l’Association des anciens combattants polonais et leurs familles en France du nom du Gen. Wł. Andersa – 20, rue Legendre dans le 17e arrondissement de Paris, poussent illégalement à sa liquidation, et prive ainsi à jamais notre communauté polonaise de moyens pour maintenir et cultiver  les liens avec la patrie. La première tentative de vente, il y a de cela 20 ans,  a été empêchée par le recteur de l’époque de la Mission catholique polonaise qui, après une rénovation générale, l’a remis à l’usage des organisations de la diaspora polonaise.

Nous tenons à vous informer que dans le cadre de nos efforts pour maintenir la Maison des anciens combattants au profit de la communauté de la diaspora polonaise, les représentants suivants des autorités polonaises ont été successivement informés:

M. le maréchal du Sénat Stanisław Karczewski, M. le ministre d’État Adam Kwiatkowski, M. le maréchal adjoint du Sénat Michał Seweryński, Mme le sénateur Janina Sagatowska, l’ancien sénateur Jan Żaryn, M. le vice-ministre Jan Dziedziczak, ancien sous-ministre du ministère des Affaires étrangères, M. le ministre Jan Kasprzak, du Bureau des anciens combattants MP Antoni Macierewicz, ancien ministre du ministère de la Défense nationale.

En juin 2018, à l’occasion de l’anniversaire du débarquement allié en Normandie, une réunion avec des représentants du gouvernement actuel a été organisée à la Maison des Anciens Combattants pour leur présenter la situation de ce centre et demander de l’aide pour la sauver. Parmi les délégués figuraient: M. Bogusław Winida, conseiller du Président de la République de Pologne, M. le sénateur Maciej Łuczak, vice-président de la commission de l’émigration et des contacts avec les Polonais à l’étranger, M. le sénateur Andrzej Pająk, membre de la commission de l’émigration et des contacts avec les Polonais à l’étranger, Mme Magdalena Merta du Bureau des anciens combattants et des victimes d’oppression.

Nous avons également reçu une lettre de promesse de soutien financier du directeur du bureau Polonia au Sénat, M. Grzegorz Seroczyński.

Nous constatons avec tristesse que les visites officielles des plus hauts responsables de l’État n’ont pas donné les résultats escomptés. La mise en lumière de l’affaire par les médias polonais a jusqu’à présent empêché la vente de cet héritage historique de l’héroïsme des soldats de l’armée polonaise.

L’intention initiale des fondateurs a été clairement exprimée en 1999 par le capitaine Kazimierz Michałowski, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale, dans un appel aux administrateurs de la maison des anciens combattants: « La maison n’est pas une un bien à but commercial – elle ne doit pas être traitée comme une bien ordinaire à vendre. La maison restera un monument et un symbole vivant, où la mémoire des soldats qui ont donné leur vie sera chérie. Tous ceux qui influencent le sort de la maison sont responsables de l’histoire et responsables à l’égard des générations futures. »

Nous avons espoir que les instances les plus élevées de l’État répondent à l’appel de l’Association de défense des maisons des anciens combattants travaillant en étroite collaboration avec l’Association de Paris SPK créée en 1947 pour protéger le centre contre une vente illégale.

Peut-être vaudrait-il la peine de mettre en place autour de cette maison le patronage polonais du patrimoine national, ou d’y créer après Berlin et Jérusalem l’Institut Rotmistrz Pilecki, que nous avons d’ailleurs sollicité en octobre auprès du ministre Glinski. Le patronage des autorités polonaises sur la Maison des anciens combattants permettrait à notre diaspora de faire vivre l’histoire et de rehausser le prestige de notre pays en France. L’emplacement et la qualité, très attractifs,  de cette propriété garantissent son autofinancement. Cependant, à l’heure actuelle, il est nécessaire d’établir un statut juridique et de remettre l’immeuble en service. Nous nous tournons vers vous, Monsieur le Président, afin d’obtenir un véritable soutien moral et financier.

Monsieur le Président, nous, membres de l’Association de défense de la maison des anciens combattants et du Cercle SPK de Paris, restons à votre disposition et celle du gouvernement polonais pour présenter l’état actuel des choses dans les domaines susmentionnés et définir les perspectives de coopération visant à sauver la Maison des anciens combattants.

Suivant la grande tradition patriotique, guidée par le devoir moral et civique, nous ne pouvons pas nous permettre d’être tenus pour responsables de notre incapacité à agir pour préserver le patrimoine polonais. Nous refusons d’admettre que la Maison des anciens combattants partagerait le sort de l’hôtel Lambert, principal centre de la grande émigration, qui, par l’action du ministre de la Culture et du Patrimoine national de l’époque, Michał Ujazdowski, a été irrévocablement perdu pour notre patrie, l’État polonais n’ayant pas exercé son droit de préemption.

Nous sommes inquiets des pertes progressives des acquis matériels polonais en France. Le bâtiment de l’Institut polonais de Paris a été mis hors service il y a dix ans. Convaincus de la légitimité de notre demande, nous continuons dans l’espoir que la situation survenue, qui nous mobilise autour de la défense de cette tête de pont de la polonitude à Paris, contribuera à la relance de l’activité patriotique et au renforcement des liens avec la Patrie.

En espérant une aide efficace, nous vous prions, Monsieur le Président de recevoir nos sentiments respectueux.

Membres du conseil d’administration de l’Association de la Sauvegarde de la Maison des Anciens Combattants Polonais en France

Ce contenu a été publié dans Lettre ouverte. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire